Écoutez-nous en direct Les avis de décès De tout pour tous Votre soirée Western Galeries de photos Ed-cam - Université État des routes Suggestions et commentaires
Bell Aliant



Manchettes
 
Mercredi, le 23 août 2017
Veuillez sélectionner une date à partir du calendrier pour voir les nouvelles de cette journée.
Click Here to Pick up the timestamp

09 août 2012
L'OPPOSITION OFFICIELLE DU NOUVEAU-BRUNSWICK INCITE LE GOUVERNEMENT À CRÉER UN SYSTÈME DE TRANSPORT PUBLIC

Avec l’annonce cette semaine de la fermeture prochaine d’Acadian Coach Lines, l’opposition officielle du Nouveau-Brunswick incite le  gouvernement provincial à agir de façon rapide et décisive afin de créer un nouveau système de transports publics dans la province.  Le député de Bathurst et porte-parole en matière de développement économique du Nord, Brian Kenny, est d’avis que cette fermeture prévue pour la fin novembre prochain est un coup dur pour le Nouveau-Brunswick.  Il précise que plusieurs personnes, particulièrement dans les régions rurales, comptent sur les autocars pour se déplacer dans la province. Selon lui, cette nouvelle aura aussi un impact négatif sur les Néo-Brunswickoises et Néo-Brunswickois à faible revenu qui n’ont pas tous accès à une voiture et qui ne peuvent pas se permettre d’autres modes de transports plus dispendieux.  Il note également les étudiantes et étudiants, les personnes âgées et les entreprises qui se fient au service pour leurs transports dans la province et pour la réception et l’envoi de colis. Or, le ministre des Transports et de l’Infrastructure du Nouveau-Brunswick, Claude Williams, et son homologue de l’Île-du-Prince-Édouard, Robert Vessey, semblent privilégier le secteur privé pour la livraison de ce service. La Presse canadienne raconte que les ministres ont déclaré qu'ils favorisaient la concurrence du secteur privé pour assurer le maintien d'un service de transport régional, après la fin des activités d'Acadian l'automne prochain. La compagnie mère Orléans Express a annoncé qu'elle mettrait fin au service d'ici le 30 novembre parce qu'elle ne pouvait plus absorber les coûts d'exploitation de circuits non rentables. L'entreprise indique qu'elle a perdu près de 12 millions $ depuis l'achat de ce service d'autocars en 2004. Rebecca Rose, responsable dans les Maritimes pour la Fédération canadienne des étudiants, a déclaré mercredi que la perte de ce service toucherait particulièrement les étudiants qui ont besoin des autocars pour se déplacer.



 
Connexion du personnel
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :