Écoutez-nous en direct Les avis de décès De tout pour tous Votre soirée Western Galeries de photos Ed-cam - Université État des routes Suggestions et commentaires
Bell Aliant



Manchettes Weekend
Récapitulation des manchettes de la semaine du 2017-08-14 au 2017-08-18
 
Samedi, le 19 août 2017
Veuillez sélectionner une date à partir du calendrier pour voir les nouvelles de cette journée.
Click Here to Pick up the timestamp

05 août 2015
UN HOMME ORIGINAIRE DE SAINTE-ANNE-DE-MADAWASKA A PLAIDÉ COUPABLE À UNE ACCUSATION DE COMPLOT POUR MEURTRES


Un membre des Hells Angels originaire de Sainte-Anne-de-Madawaska a plaidé coupable lundi à Montréal à une accusation de complot pour meurtres. Les faits reprochés à Émery «Pit» Martin remonte à la «Guerre des motards de 1994 à 2002». Arrêté à l’occasion de l’opération policière SharQc, M. Martin comparaissait en cour avec six autres membres des Hells Angels. Il a cependant évité le procès avec le dépôt de son plaidoyer. Le quotidien L’Acadie Nouvelle précise que le juge, James Brunton, a toutefois refusé qu’il conserve sa liberté en attendant le prononcé de sa sentence qui doit avoir lieu vendredi. Âgé de 55 ans, Émery «Pit» Martin n’en ait pas à ses premières démêlées avec la justice. Il a déjà purgé 10 ans en prison pour avoir été impliqué dans l’importation de résine de cannabis à Halifax. Il serait le premier Acadien à faire partie des Hells Angels.

Notons que l’opération SharQc de 2009 avait mené à l’arrestation et l’accusation de 156 personnes, dont 111 membres en règle des Hells Angels. Le plaidoyer de culpabilité d’Émery «Pit» Martin porte à 105 le nombre de personnes qui ont reconnu leur implication dans cette guerre de motards. En mai 2011, le juge Brunton avait libéré 31 accusés en raison de délais déraisonnables et un autre a été libéré suite à l’abandon des procédures. Trois des accusés seraient depuis décédés alors que huit autres sont en cavale. Le procès des six membres qui a débuté lundi s’annonce long avec 12 jurés et deux remplaçants. Le délai du procès est pour sa part dû au désistement, pour raisons professionnelles, d’un des jurés et de l’insistance du juge, après la sélection de deux remplaçants, pour la présence d’un troisième avant le début des procédures.


 
Connexion du personnel
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :